Le toulonnais John Sadeq vient de sortir son EP, “Luna Park”, premier projet solo, alors que le MC officie dans le Hip Hop depuis plus de 15 ans. Certains l’ont peut-être découvert avec La révolution sera téléchargée, sorti il y a deux ans, et qui avait bien tourné. De ses débuts à la sortie de “Luna Park”, en passant par ses influences et son séjour chez DHEF Music, John Sadeq retrace son parcours pour Le Bon Son :

Peux-tu te présenter aux lecteurs du Bon Son ?

Salut, je m’appelle John Sadeq. MC depuis depuis une quinzaine d’années, je vis à Toulon, dans le 83.

Quand as-tu commencé le rap ?

J’ai découvert le rap au tout début des années 90, mais j’ai commencé à le pratiquer en 1997, en groupe jusqu’en 2003, puis en solo depuis cette date.

Peux-tu rapidement nous retracer ta discographie ?

Aucun disque sérieusement produit et distribué à mon actif : 3 Street CDs (du genre fabriqués maison avec une étiquette sur le CD…), et quelques projets en téléchargement. En tout cas, rien qui n’mérite vraiment qu’on s’attarde dessus. Ma discographie c’est “LUNA PARK”.

Tu étais signé sur DHEF, avec Coloquinte, c’est fini ?

DHEF Music est un label créé par Samm de Coloquinte à l’occasion de la sortie de son 1er album, en 2003. Je l’ai rejoint en 2010, mais l’éloignement géographique entre nous et les différentes activités de chacun ne nous ont pas permis de le développer comme nous l’envisagions. J’ai donc décidé de poursuivre l’aventure de mon côté, de même que Samm, raison pour laquelle nos projets respectifs sont finalement sortis sur Bandcamp, et non chez DHEF Music. Mais nous entretenons toujours d’excellentes relations, et vous retrouverez d’ailleurs Coloquinte dans mes projets à venir. Au passage, je vous recommande fortement le dernier Opus de Samm “The Unofficial Masterpiece of Rast”, également disponible sur Bandcamp.

On sent que vous avez quelques influences en commun d’ailleurs avec Coloquinte, que ce soit dans les sonorités ou la façon de poser, tu confirmes ?

Lorsque j’ai découvert le Crew NAPALM (Coloquinte, Chiens de Paille, Mic Forcing) au début des années 2000, j’ai tout de suite remarqué qu’on désirait aller dans la même direction artistique. Pour des raisons géographiques (Nice, Toulon), et de génération surement, nos styles ont en effet des traits communs. Ils font partie de mes influences en Rap Français, au même titre que les Time Bomb, 45 Scientific, La Rumeur ou Anfalsh.

“Lorsque j’ai découvert le Crew NAPALM (Coloquinte, Chiens de Paille, Mic Forcing) au début des années 2000, j’ai tout de suite remarqué qu’on désirait aller dans la même direction artistique.”

Parle-nous de “Luna Park”, l’EP qui vient de sortir :

Après une carrière marquée par une approche militante et radicale du Rap, j’ai été amené ces 3 dernières années à remettre en question beaucoup de mes certitudes, artistiques et politiques, et du même coup mon engagement. “Luna Park” est en quelque sorte l’exutoire de toutes ces années, et j’ai tenté d’y exprimer avec harmonie mes émotions, bonnes ou mauvaises, mes contradictions, mes états d’âmes… Bref, j’ai voulu faire enfin un disque qui me ressemblait vraiment, loin de la colère et du manichéisme froid que je manifestais auparavant dans mes morceaux. Cette colère n’était pas feinte, mais Dieu merci j’en suis sorti. “Luna Park” est également mon témoignage d’amour à la musique, que je dénigrais auparavant au bénéfice de la provocation verbale.

Y’a-t-il un long format en projet derrière ?

Je travaille sur une version CD de “Luna Park”, agrémentée de 2 ou 3 inédits, mais sa date de sortie dépendra du succès de la version digitale. Un autre projet solo ainsi qu’un projet collectif suivront si Dieu veut.

Tu viens de Toulon, parle-nous de la scène Hip Hop toulonnaise un peu…

Malgré une forte tendance à l’auto-dénigrement, la scène toulonnaise se porte plutôt bien depuis quelques temps. Beaucoup d’initiatives sont prises dans l’organisation de concerts, les groupes se multiplient dans différents styles de rap, de mêmes que les boutiques, salles de concert et assos consacrées à la culture Hip-Hop. Une scène qui ne brille pas souvent au niveau national, mais qui existe bel et bien, vit et se développe.

D’autres projets ou participations à nous annoncer ?

Rien d’assez précis à annoncer, mais pas mal de feats sont programmés avec les potos V-Num, Sid Biko, Wash, Coloquinte, Taïpan, Al, Sianard, Mzahzah, Contrebande, Kos One ou Wabitem. Y’a du travail quoi !

Le mot de la fin :

Merci à tous ceux qui m’ont aidé à réaliser “Luna Park” : Wash, Dooze, Mr Ponx, Vargas et Cédric. Merci à Loustic pour le clip de “Rien à Foutre”. Merci à tous ceux qui soutiennent d’une manière ou d’une autre. Merci à ma femme et mon fils pour leur patience et leur Amour.

Facebook John Sadeq

Pour écouter ou télécharger légalement “Luna Park” : johnsadeq.bandcamp.com/album/luna-park

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son…