Sentin’l vient de sortir « Entre parenthèses », un projet regroupant 21 titres, disponible en libre téléchargement (télécharger ici) depuis le 3 septembre. Et à une époque où les EPs gratuits et moyennement aboutis se multiplient, Sentin’l nous prend de court avec un long format dans lequel tout a été soigneusement travaillé : l’écriture, les thèmes, le choix des instrus, les feats, etc… Débrief avec Sentin’l :

Le Bon Son : Sentin’l, parle-nous de tes débuts dans le hip hop…

Sentin’l : J’ai commencé fin 2003 avec un pote qui m’a proposé de rapper un couplet qu’il avait écrit sur une prod de Booba… À partir de là je me suis mis à écouter du rap et à en apprendre plus sur la culture Hip Hop. C’est réellement devenu sérieux vers 2006.

Tu n’en es pas à ton premier projet avec « Entre parenthèses »…

En effet, j’ai sorti 2 autres projets : en 2007, « A ma manière » qui regroupait des titres que j’avais enregistré sur une période d’un an, c’était principalement des feats. En 2010 j’ai sorti « La tête ailleurs » qui a plus été fait dans le but de sortir un « vrai » album. Il a été réfléchi, puis j’ai pu aussi être distribué en Suisse romande et sur iTunes, ce qui offre une petite visibilité en plus.

Parle-nous un peu de ce nouveau projet :

Au départ je voulais faire quelque chose comme « À ma manière », sortir un dossier regroupant les sons que j’avais faits mais qui n’étaient pas sortis sur des projets. Et en fait au fil des jours j’ai voulu faire des nouveaux sons et j’en suis arrivé à vouloir trop faire… J’avais prévu 25 titres, finalement il y en a 21. Il y a pas mal de feats avec les MC’s que j’apprécie. M-Atom est sur plusieurs titres, on taffe beaucoup ensemble (cf 10 Bons Sons en août 2012). Je vais pas refaire la liste des feats mais je suis vraiment content qu’ils aient tous répondu présent pour le projet. Le but est vraiment d’offrir au gens de la musique et que ça puisse tourner facilement de par la gratuité.

Quelle évolution vois-tu depuis « La tête ailleurs », sorti en 2010 ?

Je pense que j’ai évolué au niveau de l’écriture, surtout la technique, et quand même aussi sur le flow, dont on disait que c’était un peu mon point faible. J’ose un peu plus de trucs maintenant et je pense que ça va continuer en s’accentuant.

Tu a déjà fait pas mal de collaborations, on retrouve pas mal de feats sur ce nouvel album… C’est quelque chose que tu aimes, partager le micro avec tes confrères ?

C’est sûr, c’est drôle mais je crois que j’ai fait plus de feats que de solos en fait dans ma vie… C’est clair que pour moi il y a une énorme notion de partage dans le rap et c’est souvent ça qui m’aide à poursuivre. Pas forcément qu’au niveau des mc’s, mais même tout ces beatmaker qui nous offre des prods, les graphistes qui retouchent 14 fois les trucs pour qu’on soit content, tout les gens qui t’aident quoi. Au final c’est ça que j’aime là-dedans. Tout seul c’est impossible. À côté de ça j’ai déjà eu l’énorme chance de pouvoir côtoyer des MC’s que j’écoute depuis des années, c’est une fierté quand tu te retrouves autour du même micro.

D’ailleurs as-tu d’autres collaborations à nous annoncer ?

Je vais pas citer de blazes mais on va préparer un gros projet avec M-atom en commun et il y aura des invités. En parallèle j’ai commencé depuis quelques semaines mon prochain album qui sera… un projet avec que des feats ! Donc bientôt des infos à ce sujet !

Peux-tu nous parler de ta collaboration avec les Kids of Crackling ?

Alors en fait avec les Kids à la base j’avais surtout contact avec Metronom à l’époque où il ne faisait pas encore partie de leur equipe. (Metronom a mixé le projet et on avait déjà collaboré sur l’ancien album). Et puis un jour j’ai écouté un son de L’indis où j’ai halluciné sur la prod et j’ai pris contact avec Mani Deïz. Il m’a envoyé pas mal de prods ce qui m a permis de choisir en fonction des solos ou des feats. Pour les autres de l’équipe on est un peu moins en contact mais Nizi m’avait fait une prod pour mon album, et Rakma les collaborations sont en cours. Je pense qu ils vont faire très mal dans les mois qui viennent. C’est une equipe très très complète, je pense qu on va continuer à collaborer un maximum. Gros big up a eux.

Comment vois-tu la scène rap genevoise ?

Elle fait plaisir ! Quand j’ai commencé à rapper il y avait moins d’exposition et surtout les collaborations entre la Suisse et les autres pays étaient super rares. Maintenant ça a changé. Les gens ont compris qu’en Suisse il y a un certain niveau et il y a pas mal de jeunes qui sortent des trucs super corrects voir très forts. J’ai toujours dit qu’on avait notre touche à Genève, et on va faire en sorte que ça continue comme ça.

Vas-tu défendre l’album sur scène ?

C’est pas tout à fait un album mais c’est clair que le but au final c’est de pouvoir faire des concerts. Moi je suis motivé quoi qu’il arrive donc dès qu’il y a des propositions pour des bons délire je fonce sur scène. Mais pour l’instant j’ai pas de concerts de prévu, ces derniers mois je me suis concentré sur le projet.

Le mot de la fin :

Un grand merci à toi et à l’équipe de parler du projet. C’était mon but, que ça puisse être disponible un maximum. Arriveront bientôt des nouveautés, clips et compagnie, donc restez attentifs et soignez bien vos oreilles !

« Entre parenthèses » disponible depuis le 3 septembre ici : http://www.mediafire.com/?ay9f6mqd966yql9

sentinlmusic.ch / Facebook Sentin’l

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son…