Comme l’indique le titre de l’article, voici 10 Bons Sons sortis en juin 2012. Une sélection de hip hop francophone, qui, on l’espère, vous fera bouger la nuque ou dodeliner de la tête. Bonne écoute !

Le retour du mois (le 24 juin) : Scylla – Second souffle

Le clip de « Second souffle » est sorti le même jour que le maxi éponyme. Un titre dans lequel Scylla relativise et dédramatise sa situation, sur une instru taillée sur mesure, signée Soulchildren. Lors de l’interview que le MC belge nous a accordée la semaine dernière, nous lui avons demandé si ce titre symbolique annonçait un changement dans sa musique. Réponse de l’intéressé : « Un tournant, oui. Ou plutôt un “recadrage”, parce que je veux me focaliser sur une facette en particulier de mon univers. Une facette qui existait déjà donc. Le côté “égo” de la zik ne me parle plus, sauf s’il doit amener à faire comprendre quelque chose de plus profond. Je préfère axer un maximum mes titres sur leur contenu, leur message ou leur sens caché. Sans tomber dans la moralisation bien sûr ! Sans quoi ça reviendrait à partir d’une autre manière dans l’“égo” puisque j’aurais la prétention de dire aux gens comment mener leur vie. » À noter que ce maxi annonce un album prévu pour l’automne, intitulé « Abysses ».

La découverte du mois (le 6 juin) : Kickblast – P’tite souris

“P’tite souris”, titre mélancolique rappé sur une boucle de guitare, n’est pas très représentatif du groupe, plus tourné vers des sonorités électroniques, et ce malgré une imagerie chargée en symboles “Hip Hop à l’ancienne”. Le Bon Son leur a donc posé la question suivante (lire l’interview) : « Qu’est-ce qui explique cette boucle toute simple sur “P’tite Souris” ? » Kickblast : « Juste l’envie. On venait de balancer « Des pavés et des burnes » qui est « électroniquement » froid et James a fait cette prod, l’envie d’écrire et de rapper dessus était évidente. Donc on l’a fait simplement, on sait que c’est pas la couleur de son que l’on a envoyé depuis le début (un an) mais on se fait plaisir, c’est la première motivation ! »

Les 2 fictions du mois :

– La Jonction – Si j’étais mon pote (le 6 juin)

Experts en description du quotidien, c’est avec humour et autodérision que les membres de La Jonction pointent les défauts de leurs amis sur « Si j’étais mon pote ». Un titre qui tranche avec le dénonciateur « Etat d’urgence », sorti en avril, lui aussi produit par Al’tarba et présent sur le premier album de l’équipe lilloise prévu pour la rentrée. Le clip apporte un réel plus au titre, ce qui est loin d’être systématique dans le rap français. Une mention spéciale à Ywill et sa version karaoké de « Dieu m’a donné la foi ».

– Black Brut feat. Zekwe Ramos – J’avais un frère (le 1er juin)

« Un négro dans le poulailler, j’croyais voir ça qu’au KFC ». Zekwe Ramos aura fait parler de lui ce mois-ci : en solo (le clip d' »Histoire de »), en collectif (sur la compil « We made it »), ainsi qu’en duo avec ce morceau en feat. avec Black Brut. Même si le fait de se mettre dans la peau de personnages n’est pas nouveau dans le rap français (on pense à Mafia Trece, ou Tandem), l’originalité du thème et l’interprétation des deux MC’s rafraîchissent un peu le concept. À noter que « J’avais un frère » est issu du projet à venir de Black Brut : « Narcizik ».

L’animalerie du mois (le 14 juin) : Lucio Bukowski – La vie devant

Lucio Bukowski aborde le thème du temps, à grand renfort de métaphores et d’images fortes, comme à son habitude. (« Mélange d’amour et de violence comme une pornostar enceinte »).

Lucio Bukowski : « La Vie Devant », tout comme le projet dont il est issu (EP « Le Chant du Pendu », intégralement produit par Tcheep, ndlr), a été produit, écrit et enregistré en quelques jours seulement, avec l’idée d’un projet réalisé dans l’urgence et la spontanéité. Le thème est évidemment celui du temps et de toutes ses formes de dérivés : enfance, nostalgie, ennui, mort… Le but de ce texte est que chacun puisse se retrouver dans l’une de ces facettes, voire plusieurs. »

Les 2 connexions du mois :

– Dixon feat. Nemir – J’dis ça, j’dis rien (le 18 juin)

Connexion du mois pour la 3ème fois, Nemir sait choisir ses partenaires de mic. Pour ce titre, c’est Dixon et son label Goldeneye Music qui l’ont invité à poser sur le projet « We made it ». Et à deux ils ont réussi à remettre au goût du jour l’expression démodée « J’dis ça, j’dis rien ». La preuve en son :

– Fizzi Pizzi feat. Nakk Mendosa – Pas de ça chez nous (le 15 juin)

Après les 10′ le mois dernier, ce sont deux autres MCs de Bobigny qui sont à l’honneur ce mois-ci : Fizzi Pizzi et Nakk Mendosa. Et cette connexion aura au moins un mérite, celui de contenir la meilleure punchline entendue depuis longtemps sur Eric Zemmour, que l’on doit à Nakk (lire l’interview) « Ici on tourne mal, Eric Zemmour vient du 93 ».

Fizzi Pizzi, à propos de la connexion : « Nakk Mendosa c’est plus un pote de longue date. Il venait à la maison en 1996, à l’époque de Soldafada, et écoutait les prods de mon frère (Morne Rouge), et moi j’écoutais derrière la porte. En 2002 j’avais fait un feat. avec lui sur une de mes prods. Et c’est aussi un pote du foot. À la prod, c’est donc  » Morne Rouge  » pour la partie synthétique et « HD » pour le violon, un bel intrument fabriqué en 1700 et des bananes. J’ai adoré le grain ! Pour le clip, on a juste bu un café à la baraque et mon frangin a pris des rushs à droite et à gauche. On filme notre quotidien, sans faire trop les « rappeurs » devant l’objectif. Le morceau est issu d’un EP 6 titres « Pas de grisbi pour un CD », entièrement produit par Morne Rouge, et qui sera dispo début septembre. »

La ponctuation du mois (le 1er juin) : Fayçal – Mes points d’interrogation

Fayçal (lire l’interview) se livre et nous confie ses questionnements avec la plume qu’on lui connaît. Le MC bordelais nous en dit un peu plus : « J’avais pour idée de faire un morceau très introspectif… J’ai ensuite écouté cette instru de Vista et je trouvais que la voix du sample avait quelque chose de mystérieux et de répétitif. De là est naturellement venu le thème du questionnement. Pour la forme, compte tenu de la voix qui revenait sans cesse, j’ai eu l’idée d’inclure des « Est-ce que » très souvent… L’instru est lente, il fallait aussi que le refrain casse avec ces répétitions, j’ai dû m’adapter mais le résultat correspond à quelques choses près à ce que j’avais envisagé… Morceau présent sur mon troisième opus prévu fin 2012. »

Le son de daron du mois (le 25 juin) : Triptik feat. Dj Pone – Papa

Pas évident d’aborder le sujet de la paternité avec originalité et justesse. Pari réussi pour les Triptik sur ce titre ambiancé par les scratchs de Dj Pone. Une bonne façon de revenir, même s’ils déclarent dans « Ça fait plaisir », leur autre morceau sorti en juin : « Pas de fat come-back puisqu’on est jamais partis ».

La dix-huitièmerie du mois (le 27 juin) : Georgio – Homme de l’ombre

Le titre de ce morceau n’a pas été choisi au hasard. Ce clin d’oeil à Lunatic retrace le quotidien d’un « homme de l’ombre », et le résultat est un morceau « street », dans le bon sens du terme. Georgio (lire l’interview ici) : « C’est un morceau tout d’abord écrit sur la prod de Lunatic puis j’ai décidé de prendre une prod à moi (de Goomar ndlr) pour poser le son. Vu le texte et comment je parle de ma vie, et de ceux qui m’entourent, je trouvais le titre bien approprié et je l’ai donc gardé. Mais c’est pas un hommage. C’est plus un clin d’oeil d’où ma “dédicace” à Lunatic dans la dernière mesure avant le refrain fait de scratches avec les voix de Booba, Ali et Malekal Morte. »

Bonus Track : Le projet gratuit du mois (le 20 juin) : Caballero, Walter, Tonio, Bhati, Mothas, Lomepal, Georgio – Freestyle Voyeurisme

« Freestyle Voyeurisme » est sorti avant juin. Il annonçait le projet « 22h-6h », sorti le 20 juin (disponible ici). Pour Le Bon Son, ce titre collectif est une des meilleures tracks du projet, et c’est pourquoi nous nous autorisons cette petite entorse au règlement en guise de bonus track. Walter et Lomepal, à l’origine de ce projet, sont revenus sur sa conception à l’occasion de l’interview qu’ils nous ont accordée :

« L’idée est partie de sessions qui se sont faites chez moi (Walter ndlr) tard le soir et toute la nuit. Des délires de marathoniens alcooliques. Lomepal a trouvé le nom “22h-6h” parce qu’il fallait une cohérence avec les morceaux qui avaient déjà été faits et qui étaient au programme. On a pas forcément calculé qui allait se retrouver sur le projet, tout s’est fait sur l’affinité et sur la logique des MC’s que j’ai pu rencontrer cette année. (…) Pour la majorité, les morceaux ont été écrits et enregistrés entre 22h et 6h, justement sur place. Ça a dû nous arriver de déborder jusqu’à 9h, mais bon ça arrive à tout le monde de faire des heures supps. »

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook ou le compte twitter du Bon Son…