« Noir à Lunettes Vicelow… » Vicelow, c’est trois albums en groupe entre 1999 et 2005, deux « Blue Tape » en solo, et des dizaines de concerts aux quatre coins du globe. Et quand Le Bon Son rencontre le « Hip Hop Ninja », ça donne une interview dans laquelle il est question de son projet « BT2.0 », de ses envies, de sa carrière post-Saïan… et de scène bien sûr.

Le Bon Son : Présente-nous un peu « BT2.0″… Quels sont les retours, 2 mois après sa sortie ?

Vicelow : « BT2.0 » est un projet en collaboration avec soFLY qui a fait toutes les prods du projets. Les retours ont été assez positifs, les gens ont kiffé les prods bien sûr mais surtout la cohésion et la complicité qu il y a entre soFLY et moi.

Parle-nous de ton travail avec soFLY sur « BT2.0″…

Il me connaît assez bien donc il me propose des prods et on taffe ensemble sur les titres. Des fois il a des idées de refrains ou de thèmes, des fois j’ ai des idées de sons et il va dans ma direction. On s’ est tapé des délires qui vont parler plus à un public de danseurs sur certains morceaux et d’autres délires plus « rap classic ». Il a tout mixé à la maison et commence toujours une scéance en montrant une vidéo sur debile.com… (sourire)

Ça ne te manque pas de bosser en groupe ?

Oui et non. Le travail en équipe je le fais encore avec soFLY, mais aussi Rachel Claudio & Sebastien Drumeaux qui ont beaucoup contribué au projet. Après bosser en collectif c’est toujours mortel quand c’est une compétition positive, mais après si les rapports ne sont plus sains, ce n’ est pas du tout agréable.

Et par rapport aux concerts ?

Pour les concerts, c’est sûr que l’énergie est différente mais c’est une autre expérience qu’il faut vivre et qui apporte beaucoup.

Dans « Hip Hop Ninja » tu dis : “À l’époque 6 capitaines coupables d’avoir décapité les scènes. RIP SSC, le rap francais est sans larmes, ingrat.” Peux-tu nous expliquer cette phase, trouves-tu qu’il y a un manque de reconnaissance envers ce qu’a pu apporter le Saïan ?

Un manque de reconnaissance oui, mais de moins en moins au fur et à mesure du temps qui passe. Mais cette phrase est surtout par rapport à la scission du groupe en 2007, et à l’époque tout le monde s’en foutait un peu. C’est des années après que les gens ont commencé à se rendre compte de ce qu on a vraiment apporté dans le paysage du rap en France et même dans le monde.

« Ma flamme a oscillé mais mes valeurs sont toujours aussi nobles. » Qu’est-ce qui t’a démotivé, et qu’est-ce qui t’a donné envie de reprendre le mic ?

Tout rappeur qui se respecte à un moment donné se remet en question et veut arrêter ou prendre du recul par rapport au rap… (sourire) Après avoir évolué en groupe pendant pas mal d’ années tu perds un peu tes repères, l’émulation du début, la naïveté. Tu te donnes des objectifs mais quand t’es trop exigent avec toi-même, tu as du mal à aller au bout des choses. Donc après des hauts et des bas j’ai retrouvé pourquoi j’avais envie de faire du rap, et surtout j’ai repris plaisir et confiance en moi.

Parle-nous un peu du concept du clip « Hip Hop Ninja » (voir les 10 Bons Sons du mois de mai) :

C’est un plan-séquence tourné dans le métro avec des jeunes disciples ninjas qui viennent au fur et à mesure que la musique évolue. On l’a fait pour le fun et c’est cool car les gens ont vraiment apprecié le clip. Et ça a redonné un sens au morceau.

Le redémarrage du train, synchro avec le redémarrage de la mélodie, était calculé ou pas ?

Oui c’était bien calculé par rapport au démarrage du métro… J’ai fait un 1er test pour voir où je tombais à chaque moment du morceau pendant le parcours, chronométré, et essayé d’être synchro à 2 secondes près à chaque fois… On l’a fait une 1ère fois et le son s’ est coupé à la moitié du parcours. Une 2ème fois et le gars du son s’est cassé la gueule sur le trottoir à la fin du parcours. Et la 3ème fois c’était la bonne ! Tout ça en esquivant les agents RATP…

Tu as l’impression de repartir à zéro avec cette carrière solo ?

D’une certaine manière oui, car c’est nouveau pour moi malgré plus de 10 piges dans le rap game. C’ est pour ça que je dis dans « Hip Hop Ninja » : « Sage comme un ancien, j’ai la hargne du morveux ».

C’est quoi la suite pour toi, un autre projet à annoncer ? Une Blue Tape 3 ?

Sortir la « BT2 » en version CD en octobre avec des remixs et des inédits. Travailler sur mon 1er album solo « 30 bis », faire des scènes à la rentrée, mes projets « I love this dance ». (Prochain évènement à La Cigale le 7 octobre 2012)

Des dates de concert ?

Plusieurs dates prévues pour la rentrée et surtout une date prévue pour Paris en novembre 2012.

Le mot de la fin :

Breaking Bad.

« BT2.0 » disponible ici : lien iTunes
« BT2.0 » : sortie en CD prévue pour octobre
Facebook Vicelow