Et si à la place de se plaindre et d’attendre on faisait tout nous-mêmes ? C’est avec cette philosophie que le Rootscore, fort de 15 ans d’expérience et d’une polyvalence toujours grandissante, a aujourd’hui les moyens de gérer la sortie d’un projet de A à Z : de l’enregistrement à la distribution, en passant par la promo, le marketing, et les tournées. Récemment, cette structure basée à Genève a fait parler d’elle à travers le projet “Inglourious Bastardz”. Elle a cependant collaboré avec nombre d’artistes prestigieux ou moins exposés avant ça, et devrait continuer à proposer nombre de gros projets à l’avenir. Rencontre avec le Rootscore :

Le Bon Son : Qu’est-ce qui se cache derrière Rootscore ?

Neka : Une assoc’ à but non lucratif qui existe depuis plus de 15 ans et qui donne la possibilité aux artistes de produire entièrement leur projet et tout ce qui s’en suit… On va dire que 90% du taff est lié aux artistes hip hop, mais on est ouvert à tout style musical, on est par exemple en train d’aider un artiste dancehall ainsi qu’une chanteuse soul.

Quels en sont les différents membres ?

– Neka : emcee, photographie, graphisme, instru, enregistrement, mixage, mastering, radio, coordination.

– Menshen : emcee, réalisateur vidéo, création et suivi des sites internet, sape.

– M.etik : emcee, ateliers écriture, instrus, enregistrement, mixage, mastering, vidéo.

– Amanite : emcee, instrus, enregistrement.

– Muchach : emcee, recherche et organisation de concerts, distrib.

– Toots : DJ, ateliers dj, promo, contrat et juridique.

Quelles sont vos principales activités ?

Neka : Je viens de te citer les sections dans lesquelles sont actifs chacun des membres du Rootscore mais pour résumer, on est capable de concevoir un album de A à Z, jusqu’au pressage et même un réseau de distribution que nous sommes en train de consolider. On a enormément de contacts donc on les propose pour les éventuelles collaborations. Puis une fois le skeud sorti on peut s’occuper de la promo par le biais d’organisation de concerts, radio, etc..

Vous pouvez nous faire un récapitulatif des différents projets sortis sous votre structure ?

Neka : Impossible ahaha y’en a trop ! Comme je te disais, ça fait 15 piges qu’on propose nos services. Notre optique c’est que l’argent ne soit pas un frein à la sortie d’un projet, donc beaucoup de gens passent par chez nous et payent sous forme de services… Donnant-donnant quoi.

Menshen : Une grande partie des artistes sur Genève et en Suisse romande, on a bossé pour eux, par le biais d’enregistrement, ou d’instrus, clips etc..

Neka : Ouais à coté de ça on a taffé pour vraiment beaucoup de monde, autant des artistes locaux qu’internationaux, en passant par le Wu-Tang, Onyx, Aotp, M-dot, Grödash, Seth Gueko, Daz-Ini, Sheba, Aarafat, Khomeyni, Puppetmastaz…

Vous avez collaboré avec le toulousain 10vers sur le projet “Une semaine de taf”, les collaborations avec des artistes extérieurs à la structure ou à Genève, c’est important pour vous ou c’est pas calculé ?

M.etik : Tu sais on fait du rap, c’est de la musique et la musique c’est universel, on s’en fout d’où viennent les gens en fait l’important c’est le feeling à la base.

Menshen : En même temps, par exemple, vu qu’on a pas mal de contacts, quand on a la possibilité d’en faire venir un qui est dans les alentours, on le fait venir histoire de taffer un peu..

Neka : Dis-toi qu’avant de proposer des trucs aux artistes exterieurs à Genève, on l’a d’abord fait avec les gens d’ici… C’est difficile de trouver des gens réellement motivés, on a dû aller les chercher aux 4 coins de la France et en Belgique… Mais on a aujourd’hui une belle équipe d’affamés… et elle risque de s’agrandir !

Quelle a été votre implication dans le projet Inglourious Bastardz (lire les interviews de Neka, Furax et 10vers) ?

M.etik : c’est simple, avec l’aide de 10Vers suite à notre rencontre, on a décidé tous ensemble de monter une équipe de dingues, on a contacté le reste des MC’s, tout le monde était chaud et tout s’est donc enchaîné assez vite. On a ensuite organisé 4 sessions d’une semaine chacune au studio Rootscore pour concevoir l’album INGLOURIOUS BASTARDZ.

D’autres projets à annoncer ?

M.etik : Pour l’instant on se concentre sur le projet Inglourious, mais la plupart des artistes ont des albums en cours… Celui de Furax et Jeff est en cours, 2012-2013 je pense ça va faire très très mal. On prépare quelques projets plutôt sympas…

Amanite : Y’a aussi un maxi “Inglourious Bastardz” en cours qui devrait sortir cet été, sans oublier tous les artistes extérieurs au Rootscore avec lesquels nous collaborons.

Une nouvelle collection ?

Menshen : Si tu parles de la sape, pour Inglourious Bastardz on a sorti une série de T-shirts, sweats a capuche , debardeurs meufs qu’on a commencé à distribuer et vu l’ampleur que ça a pris on pense à sortir une ligne plus diversifiée. On est dessus là. Du coup on va proposer en plus des survet, sweats à capuche zippés, coupe-vents, veste à capuche sans manches, et des p’tits shorts pour les miss. D’ici à ce que le reste arrive…

Vous pensez un jour émettre votre émission sur le réseau hertzien ?

Menshen : C’est en train de se faire, en collaboration avec une petite radio locale. Maintenant avec les moyens internet, tu fais des trucs gratuits, à la portée de tous, t’as directement une diffusion internationale par rapport à une radio locale. Donc c’est bien d’avoir les 2.

Vous pensez diversifier davantage encore vos activités ?

M.etik : On diversifie chaque jour nos tâches en fonction de ce que nous demandent les gens.

Neka : Genre suite à la demande, on a monté les “Rootscore Girlz” , des miss qui nous suivent et qui peuvent apparaitre pour clips, photos, pochettes etc…

Menshen : Même si c’est pas diversifier nos activités, on va les élargir. Pour l’instant on taff essentiellement pour ce qui touche à la musique mais on commence à travailler dans d’autres secteurs d’activités.

Le mot de la fin : www.rootscore.org mon pote !

Facebook Rootscore

Album “Inglourious Bastardz” : sortie prévue pour septembre 2012

Bon, et puis si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous, et à rejoindre la page facebook du Bon Son