Le Bon Son vous présente l’interview de Sho’r Ezé, que vous avez pu découvrir avec le titre “Déclin d’Oeil”, sorti il y a quelques jours.

Récemment, on a vu tourner sur les réseaux sociaux un clip plein de clins d’œil, celui de “Déclin d’Oeil”, de Sho’r Ezé.

Banlieusard du 95 exilé sur l’île de la Réunion, MC, graphiste, dompteur de pandas, et réalisateur de clips depuis “Déclin d’Oeil”, Sho’r Ezé est surtout un fanatique de rap, et notamment de rap français. La preuve avec cette interview accordée au Bon Son, dans laquelle il retrace son parcours d’auditeur puis d’acteur du mouvement Hip Hop. “Je passe de l’ombre à la lumière, premier clin d’oeil !”

Sho’r Ezé, peux-tu te présenter pour les lecteurs du Bon Son ?

Sho’r Ezé, Mc de gouttières & graphiste (ou l’inverse je ne sais plus). 31 ans, banlieusard (95, Gonesse), exilé sur l’île de la Réunion, sain de corps… pas forcement d’esprit.

Quelles sont tes influences musicales ?

Je suis indéniablement un consommateur de rap français et je dis consommateur parce que j’achète du rap français (cette phrase est inquiétante, non? on dirait du Bayrou…) (sourire). À l’époque, on pouvait me croiser tous les matins sur le quai de la gare de Villiers-le-Bel avec mon walkman et mon Affiche , mon Get Busy sans oublier mon Radikal dans les paluches. Je décortiquais les chroniques et articles de Cachin et compagnie de la première page à la dernière. Si je dois citer des artistes ou groupes qui ont influencé mon rap ou du moins qui l’ont marqué, je dirais Disiz, le K-fear (la Brigade), 2Bal2neg, la Mafia Trece, Nakk pour ne citer qu’eux et puis bien entendu ATK. Heptagone a marqué ma génération, peut-être même sur Paris, autant qu’un “Paris sous les bombes” ou qu’un “Ecole du micro d’argent”. Cyanure sera d’ailleurs présent sur l’album.

Quand as-tu commencé à rapper ?

Si ma mémoire est bonne (et elle l’est), j’ai gratté mes premiers lyrics avec mon pote K.man en 1995 (l’année, pas le groupe hein…) mais l’aventure a véritablement commencé quelques années plus tard : rencontre avec Ostew (ODV… pour les amateurs de graffitis), premier groupe, premier enregistrement (RIP mon 4 pistes TASCAM). Puis vient la rencontre la plus déterminante de mes tribulations de rapistoleur, Stéphane aka Arkixe (MC / Beatmaker), avec qui nous avons créé, en association avec Pédro aka Pehefer (DJ / Graphiste / Mangeur de Pim’s), le groupe In Extremis. Avec comme principal fait d’arme dans l’underground de l’underground de l’underground , la sortie en 2003, de l’album “En Silence”.

L’actualité récente c’est la sortie du clip “Déclin d’Oeil”, peux-tu nous en parler ?

“Je passe de l’ombre à la lumière”. Ce morceau peut se résumer en ce clin d’oeil. J’ai participé depuis dix piges, dans l’ombre, de près ou de très loin, à la majorité des projets musicaux de ma ville… en prenant bien soin de ne jamais trop me montrer. J’ai observé les artistes, beaucoup appris, et surtout gagné en maturité tant dans l’approche de ma musique que dans la gestion globale d’un album. Ce morceau marque donc mon arrivée dans la lumière (aussi modeste soit-elle) et rend hommage à “mes gens”, évoluant ou non dans le rap, croisés ici ou ailleurs. Il est ponctué de clins d’oeil et d’anecdotes du genre “les gars de Pierrefites jamais à l’heure”, il faut quand même savoir que l’on a jamais pu voir le début d’un film au cinéma…(sourire) C’est un clip de potes, pour mes potes. Avec, tradition oblige, des petits tacles dont un à Génération 88.2, qui a, aujourd’hui et à mon sens, des relents Skyrockiens. La petite dédicasse à Monsieur Zemmour, elle, elle coule de source…

On voit au générique que c’est toi qui l’as réalisé, as-tu réalisé d’autres clips ? 

Non c’est le premier, géré de A et Z. Pour une première apparition, je trouvais rassurant d’avoir le contrôle total sur mon image, et puis ça me permet d’y mettre ma patte, ma couleur. On peut reprocher pas mal de choses à ce clip, sauf de ne pas me ressembler.

Ce clip annonce un projet à venir ?

Je compte ouvrir une école pour pandas, sur la Réunion. Une première dans l’océan indien (sourire).

Peux-tu nous parler de cet album ? Une date de sortie ?

Cet album n’a de solo que le titre ” Sho’R EZE”.  Conçu entre Paris et la Réunion, écrit à la première personne , il raconte l’histoire d’un gosse (qui me ressemble étrangement), que la culture HIP-HOP a construit en tant qu’homme. On y retrouve ses fantômes, ses amours, son regard sur le globe mais aussi ses contradictions à travers 16 morceaux.

On y retrouve de nombreux invités, notamment Kipetchi, Foster Blend, Ice, Nono (Kiltir), Reydfla mais aussi Cyanure (ATK). Au niveau de la production à la sonorité très « New-Yorkaise » on retrouve des beatmakers et musiciens de la Métropole mais également de La Réunion : Sebmaestria, Arkixe, Don Korto, MH&Back, I11 Heaven (Welsh Records). La pochette de l’album sera réalisée en collaboration avec Tenas & Les Pixel Dealer.

Il me reste 4 morceaux à enregistrer…  L’album devrait sortir en juin, donc en septembre (sourire).

Le mot de la fin :

Tranquille le chat, pépère la grenouille, wesh le panda… ne vous inquiétez pas, tout ira bien.

Album : sortie courant 2012

Facebook de Sho’R Ezé

Bon, et puis si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager avec les petites icônes ci-dessous…